The Leftovers – la saison 2 est-elle à la hauteur ?

The Leftovers – la saison 2 est-elle à la hauteur ?

Je vous en parlais très rapidement ici et , The Leftovers est l’une des meilleures série de ces dernières années. La saison 1 m’avait littéralement scotché et fasciné et c’était avec une incroyable impatience mêlée à une certaine appréhension que j’attendais la suite. Oui, de l’appréhension car j’ai déjà connu un très grand nombre de séries qui après une première saison incroyable s’effondraient littéralement au moment de la deuxième saison. Je ne vais pas faire durer l’attente plus longtemps, The Leftovers est toujours un chef d’oeuvre!

La critique de films et de séries n’est pas un exercice dans lequel je suis particulièrement à l’aise car j’ai un peu de mal à analyser la narration et je suis conscient de ne pas maîtriser tous les codes de la mise en scène cinématographique, mais je me devais de vous parler de cette série! C’est parti et c’est garanti sans spoilers!

Pour celles et ceux qui n’auraient jamais entendu parler de The Leftovers, le pitch est assez simple : le 14 octobre 2011 2% de la population mondiale disparait soudainement sans laisser aucune traces et sans explications aucune. La série se déroule dans sa première saison dans la petite ville de Mapleton trois ans après ces soudaines disparitions et s’attarde dans un premier temps sur Kevin Garvey (interprété par l’incroyable Justin Theroux) et sa famille, avant de s’élargir à bon nombre de personnes gravitant autour d’eux.

the leftovers

Si cette première saison avait par moment certains aspects un peu surnaturels, au moins dans certaines évocations des causes possibles de cette grande disparition, ce n’était finalement qu’un prétexte, la série traitant avant tout du deuil, de l’impossibilité de faire ce dernier, des absences dévastatrices, de la solitude entre autres thèmes réjouissants. Mais ce qui faisait la force de cette série et notamment de sa première saison, est la force de ces personnages et de ses acteurs. Car si l’intrigue est interessante, c’est bel et bien le sort des protagonistes et l’évolution de leurs sentiments qui fascinent. La tragédie du 14 octobre 2011 a affecté tout le monde et ce sont ces personnes brisées, incarnées par des acteurs fabuleux qui parviennent à faire ressentir au spectateur cette douleur à couper le souffle.

Oui, la série provoque une empathie assez rare chez le spectateur et provoque à chaque épisode quelque chose de très fort en moi, me laissant souvent avec les larmes aux bords des yeux pour de nombreuses raisons. La réalisation crée une véritable intimité en prenant le temps de filmer les regards, les souffles, tout ces instants de silence et de non dits qui sont souvent bien plus révélateurs que bon nombre de dialogues. Dialogues qui sont parfois instructifs mais qui souvent, comme dans la vraie vie, permettent aux protagonistes de dissimuler leurs vrais sentiments et ainsi d’essayer d’oublier la blessure ouverte par la grande disparition et ses conséquences et qui ne se refermera sans doute jamais. Mais ce qui marque aussi particulièrement dans cette série, hormis les plans magnifiques et la photo assez incroyable, c’est cette bande son qui à elle seule permet de ressentir une profonde mélancolie. Les compositions originales sont parmi les meilleures que j’ai jamais entendu dans une série. Composée par Max Richter, je ne peux que vous recommander de l’écouter. Elle est souvent contrebalancée par des morceaux plus enjoués d’artistes connus, créant ainsi des moments salvateurs de détente dans l’ambiance de la série même si ceux-ci sont de courte durée.

L’une des choses qui me fascine dans The Leftovers est la façon dont la série parvient à prendre le temps dans sa narration. Malgré sa durée de 10 épisodes par saison, on n’a jamais l’impression d’être face à une narration précipitée. Certains pourront trouver ça chiant et je leur demanderai de prendre le temps de regarder au moins les quatre premiers épisodes pour ressentir toute la force de cette série. En effet, si la série prend le temps de poser sa narration pour avoir des moments plus contemplatifs, introspectifs et ainsi mieux découvrir les personnages, l’intrigue avance à chaque épisode et nous laisse toujours dans l’attente du prochain épisode.

Cette saison deux est surprenante et déstabilise à plus d’un titre. Le générique est radicalement différent, annonciateur d’une différence de ton. Le décor change aussi, passant de la petite ville de Mapleton à celle de Miracle la bien nommée car elle n’a connue aucune disparition devenant ainsi un lieu de pèlerinage. La série se concentre bien plus sur Kevin Garvey. La narration y est plus équilibrée et toujours aussi puissante. Le côté mystique revient en force mais laisse toujours la place à l’interprétation psychologique. Cette saison reprend les thèmes de la précédente avec toujours cette notion de deuil impossible qui pousserait n’importe qui à la folie, mais on y trouve cette foi-ci quelque chose de beaucoup plus intime et viscéral avec les personnages de la série. Cela est certainement du au fait que l’on connaisse déjà un certain nombre d’entre eux et que la carapace a déjà été brisée au cours des dix épisodes précédents.

the leftovers

Même si le rythme change ainsi que le cadre, The Leftovers conserve cette force incroyable de raconter l’humain avec pudeur, profondeur et empathie. L’amour, la reconstruction, le deuil, la confiance mais aussi la folie, le mensonge sont aussi au coeur de cette série et de cette saison qui est d’une richesse incroyable avec de nombreux niveaux de lecture que je ne fais ici qu’effleurer. J’ai trouvé aussi que si la saison 1 était une sorte de descente aux enfer, la deux prenait un chemin un petit peu inverse, avec de nombreuses portes qui s’ouvrent laissant entrapercevoir un peu d’espoir et de joie pour nos protagonistes même si cela reste très ténu.

Vous l’aurez compris, The Leftovers est une réussite, à regarder absolument. Elle ne vous laissera pas indifférent, que vous adoriez ou détestez. Chaque épisode de cette saison deux m’a touché profondément et si j’attends avec impatience la saison 3, c’est avec confiance désormais. Cette saison sera d’ailleurs la dernière ce qui me réjouit quelque part car je suis à peu près persuadé que le force narrative de cette série sera ainsi préservée et non pas diluée dans d’innombrables saisons.

5 commentaires

  1. je plussoie. Une grande série, et j’attends la saison 3 avec impatience. Les personnages sont très bons et les intrigues sont très biens écrites.

  2. Je regarde actuellement la saison 1 à C+ (me manque 2 épisodes) et j’adore l’ambiance générale des épisodes et l’intrigue. Vivement la saison 2 ;)

Laisser un commentaire