[TFGA N°24] This is the end my friend

[TFGA N°24] This is the end my friend

*Porte qui grince*…Tousse, « trop de poussière ici! » *tatonne pour trouver la lumière..Clic*

Bon tout à l’air en ordre, je crois que je vais pouvoir publier un article! Eh! Toi au fond là, pas la peine de rire, c’est pas une blague, je vais vraiment publier un article aujourd’hui et pour une occasion bien particulière. En effet l’autre jour alors que je me baladais innocemment sur Twitter je suis tombé sur une annonce assez troublante : Alex a décidé d’arrêter les TFGA, vous savez ce fameux top 5 concernant les jeux video qui permettait aux blogueurs de s’exprimer et de se réunir autour d’un thème bien précis. Et bien tout ceci est désormais fini, l’ami Alex ayant décidé d’arrêter l’expérience à son sommet faisant ainsi en sorte que tout le monde n’en garde que de bons et beaux souvenirs. C’est très courageux.

Du coup il m’a fait sortir de ma torpeur et je me suis dit qu’il fallait bien que je participe pour ce dernier TFGA!

Le thème de ce mois-ci est donc la fin, ou plutôt les fins. Elles ne laissent personne indifférents, sublimant ou salissant l’expérience vécue, le temps passé dans des univers de fictions (films/livres/jeux etc..) étant assez important elles se doivent d’être soignée ou au moins marquante car c’est souvent ce que l’on retiendra.

La fin frissonnante : ICO

Ico Artwork

Je me rappelle avoir découvert Ico à sa sortie, je devais avoir 14 ans et j’ai été marqué par cette aventure poético-onirique. Après avoir passé une dizaine d’heures en compagnie de Ico et Yorda, je m’étais profondément attaché à leur relation, ayant pris une part active à la nouer en tant que joueur en faisant toujours attention à ce personnage non joueur, l’appelant, la prenant par la main etc. Alors lorsque tout ceci se termine (je ne tient pas compte de la fin alternative sur la plage), que Yorda est perdue, que l’on se retrouve seul, avec cette magnifique musique pour accompagner le tout, ce fut l’une de première fin qui m’a marqué à ce point là et qui ma donné autant de frissons.

La fin WTF : Nier

nier

Nier a été l’un de mes coups de coeur sur la génération précédente (d’ailleurs je suis comme un fou en attendant Nier Automata) et sa fin n’y est pas étrangère. Lorsque j’évoque la fin je parle ici de la dernière heure de jeu qui est extrêmement riche en révélations et rebondissements en tout genre. Comme à son habitude le jeu nous prend à rebrousse poil, prenant toutes nos certitudes sur l’univers et les écrasants avec le pied nous faisant relativiser l’importance de nos personnages et de leurs actions Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler mais je peux vous dire qu’en entamant un New Game+ je n’avais plus du tout le même regard sur le jeu et ça c’est très très fort!

J’espère que cette intensité saura être préservée dans le jeu de Platinum Game.

Voici ce que j’en pensais d’ailleurs lorsque j’ai écris mon test du jeu : « La dernière force de Nier réside dans sa fin, ou devrais-je dire ses fins. En effet lorsque vous terminez le jeu pour la première fois, tous les tenants et aboutissants du scénario ne sont alors pas dévoilés au joueur qui doit recommencer une partie. Si dans un premier temps j’avais peur que cela soit fastidieux, on se retrouve en fait face à l’un des meilleurs New Game + que j’ai jamais vu. Très bien pensé, il ne vous force pas à refaire l’intégralité du jeu puisque vous recommencez à la deuxième moitié du jeu en conservant tout votre équipement. Il vous permettra cependant de mieux connaitre les alliés du héros, en particulier la charmante Kainé tout en rajoutant des séquences narratives qui changent radicalement la vision de l’aventure donnant ainsi encore plus de profondeur à l’aventure. Les fins sont au nombre de 4 et sont toutes extrêmement poignantes. »

La fin parfaite : The Last of Us

The last of us ellie

Inutile de présente The Last of Us, tout le monde connait le chef d’oeuvre de Naughty Dog. J’y était particulièrement sensible tant j’adore les univers post apocalyptique, les zombies/épidémies et la survie. Bref tout était réuni pour que je sois conquis par l’ambiance du jeu et ce fut le cas. Mais ce qui m’a surtout conquis est la relation entre Joel et Ellie qui se crée et se renforce tout au long du jeu (oui oui, un peu comme Ico, curieux que les deux figurent dans mon top non?). Très éloigné au départ les deux protagonistes finissent par se rapprocher mais tout bascule à la fin du jeu. Ellie est prête au sacrifice ultime pour trouver un remède à l’épidémie alors que Joel n’a finalement pas la force de faire face à nouveau au deuil après le décès de sa fille. Massacre, mensonges, cette scène finale entre les deux où tout se joue dans les regards, les silences et non dits est l’une des meilleures fins de jeux vidéo. Sa puissance est incroyable, elle m’a donné envie de pleurer. Du niveau d’une excellente fin de film. Bravo!

La fin Je te hais mais je t’aime aussi : Metal Gear Solid V : The Phantom Pain.

Metal Gear Solid V The Phantom Pain

Bon, j’aborde là un cas vraiment sensible. Je suis un fan absolu de la franchise ce qui fait que la fin de ce jeu m’a vraiment pris au tripes pour différentes raisons. Tout d’abord contrairement à de nombreuses franchises, un Metal Gear ça ne sort que tout les cinq ou six ans, donc on attend la fin au tournant. Mais lorsque on sait que celle-ci signifie en plus la fin de la saga tout entière et qu’il n’y aura plus jamais de suite (alors qu’on est accro depuis vingt ans), forcément ça déclenche toute sorte de sentiments et comme on dit de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas. Je ne reviendrai pas sur le fait que cette fin a peut être été entachée par la lutte Kojima/Konami pour uniquement la considérer en tant que telle. A l’époque j’avais écris ceci : « le twist final laisse un goût amer dans la bouche… un vide qui ne sera jamais comblé, une trahison aussi peut-être du même ordre que celle vécu par un personnage dans le jeu.. C’est peut-être ça finalement la véritable réussite de Kojima, faire ressentir « The Phantom Pain » au joueur, la douleur fantôme laissé par un membre manquant… »

Sur le coup j’ai détesté cette fin. Mais vraiment. J’ai même presque haï le jeu. Mais avec le recul je dois avouer que finalement cette fin (comme celles des précédents Metal Gear) relève presque du génie. J’ai envie de refaire le jeu et de souffrir à nouveaux en regardant la fin, de la même façon dont souffre le personnage principal. Cette fin a tellement de niveau de lecture qu’elle se devait de figurer dans ce top!

La fin : TFGA

Oui mon dernier n’est pas un jeu vidéo mais je voulais consacrer un paragraphe aux TFGA. Superbe aventure, ça a été un plaisir (même si je n’ai pas été régulier dans mes participations) d’en faire partie, de réfléchir et de partager autour de notre passion commune. Alex a fabuleusement bien joué son rôle en sachant choisir chaque mois des thèmes intéressants et poussant souvent à la réflexion (en tout cas chez moi). Il a su faire le lien entre tous ses blogueurs qui ne se connaissaient pas, créant ainsi une vraie communauté (le Swap Effect a aussi aidé). Alors oui, les TFGA c’est fini et même si en deux ans certains ont ralenti ou quitté l’aventure bloguesque (j’en fait indéniablement parti), les liens demeurent, la communauté est là, sur twitter, sur les blogs des uns et des autres. Et puis surtout Alex-Effect continue, la fin des TFGA n’est qu’une étape et je suis persuadé que plein de belles choses vont suivre. Merci à toi Alex!

3 commentaires

  1. Aaah, mon PEB, l’une des personnes que j’ai eu le plus de plaisir à découvrir via les TFGA. Je profite de mon passage ici pour rattraper mon retard de lecture du fait de soucis persos, et quel plaisir de te (re)lire :)

    C’est d’ailleurs en parti ta faute si l’un de mes objectifs de 2017 sera de faire NieR, comme le sont Kingdom Hearts/Dragon Age pour 2016. Ambiance sonore, scénario, fin, tout semble excellent sur ce jeu, j’ai hâte de m’y mettre !

    En tout cas merci et bravo d’avoir « comme toujours » développé autant chaque marche du podium, c’est un régal d’enrichir sa culture en te lisant quand, comme moi, on a pas forcément joué aux licences abordées …

    J’espère en tout cas que j’aurai le plaisir de te lire à nouveau et, qui sait, te compter dans les futurs projets que je mettrai en place :) D’ailleurs, si tu avais apprécié le Swap Effect #1, il se pourrait que …

    Allez, au plaisir !

Laisser un commentaire