[TFGA n°13] C’était mieux avant

[TFGA n°13] C’était mieux avant

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas participé à un TFGA, ce super concept que l’on doit à l’ami Alex Effect. Je dois avouer que cela me manquait, c’est un véritable rendez vous de partage dans la communauté des blogueurs jeux vidéo et c’est toujours l’occasion d’échanger des points de vue enrichissants et constructifs tout en vous permettant de mieux nous connaitre. Le thème du mois est donc « C’était mieux avant », on saute dans la Delorean pour ce petit retour dans le temps!

5) Avant les jeux étaient finis lorsqu’ils sortaient :

TFGA C'était mieux avant

Malédiction des nouvelles générations de consoles, déjà initiée sur PS3 et Xbox360, les jeux sur consoles se voient désormais accompagnés de dizaines de giga de patch correctifs. En effet pour tenir les délais des sorties et face à des productions toujours plus importantes et couteuses, les jeux arrivent dans nos étals dans un état souvent plus proche de la Beta test que d’un jeu réellement terminé. J’en veux pour preuve Assassin’s Creed Unity par exemple qui aura demandé 18 giga de correctifs pour être jouable correctement. Le résultat est simple : les premiers acheteurs essuient les plâtres alors que ceux se décidant pour le jeux quelques mois plus tard ont souvent une bien meilleure expérience, paradoxal n’est-ce pas? Alors oui je regrette le temps des jeux Super Nes et Playstation 1 où lorsqu’un jeu sortait l’éditeur ne pouvait plus rien rajouter ou corriger. C’était d’ailleurs l’un des moyen de distinguer les mauvais jeux des bons jeux! Le bug, le glitch faisait d’ailleurs partie intégrante de l’ADN de ces jeux désormais rétro. Oui le fait de bénéficier de la meilleure expérience possible lorsque j’achète un jeu me manque et je déteste devoir laisser un jeu de côté pendant quelques semaines en attendant un éventuel correctif.

4) Avant jouer à plusieurs c’était gratuit :

TFGA c'était mieux avant

Ici je pousse un double coup de gueule. Tout d’abord sur la disparition quasi systématique des modes de jeu en multi local, que ce soit du coop ou de l’écran splitté. Si on nous assène volontiers que ces façons de jouer à plusieurs se font rare essentiellement en raison de limitations techniques, il y a surtout une double explication financière derrière : chaque joueur doit acheter une copie du jeu, et surtout chaque joueur doit désormais souscrire à un abonnement payant pour accéder au multi sur internet! Si on peut considérer normal que l’entretien des serveurs ait un coût auquel le joueur doit participer cela m’agace particulièrement notamment pour un joueur comme moi qui ne joue que rarement sur internet et qui doit malgré tout payer constamment un abonnement pour partager une partie lorsque l’envie me prend. Mes parties de Goldeneye sur Nintendo 64 le samedi aprem me manquent vraiment, oui c’était mieux avant.

3) les season pass :

TFGA c'était mieux avant

Ca rejoint le point n°5 de mon classement à ceci près que là je suis carrément en colère! Si le patch m’agace mais passe encore car souvent le développeur a tout de même la bonne intention d’améliorer son jeu afin que le joueur puisse en profiter dans les meilleures conditions possible, là on se retrouve en face de la plus vile intention mercantile! Désormais les Season pass qui donnent accès à l’intégralité des DLC sont annoncés parfois un an avant la sortie du jeu et tout est fait pour nous inciter à craquer. Leurs prix ne cessent d’augmenter (entre 40 et 70 euros régulièrement, soit le prix d’un jeu) et si rien ne nous oblige à les acheter on a souvent l’impression que le contenu de ces extensions aurait pu largement être intégré dans le jeu de base et est tout simplement découpé pour faire plus de profit. Un peu comme si à l’époque après avoir payé sa cartouche de Zelda a Link to The Past 450 francs on aurait du rajouter 200 ou 300 francs pour avoir le monde de l’ombre et la vraie fin du jeu par exemple….

2) On consommait moins de jeux :

TFGA c'était mieux avant

Il y a quelques années on consommait beaucoup moins de jeux vidéos pour plusieurs raisons. Tout d’abord l’industrie n’était pas si développée et proposait donc moins de titres, qui étaient relativement chers (et oui, les soldes Steam n’existaient pas!). Le fait que j’étais jeune et ne pouvait m’acheter que peu de jeu doit jouer sur cette sensation. Mais c’est surtout avec l’explosion d’internet et notamment des réseaux sociaux que tout s’est accéléré. Avant je prenais le temps de finir tout mes jeux mais surtout de les retourner dans tous les sens, sereinement en prenant mon temps sans jamais sentir d’urgence. Désormais à peine ai-je commencé un jeu qu’internet et mes amis Twitter et blogueurs me donnent envie de me lancer dans un autre titre. S’engage alors une course contre la montre pour essayer de rattraper mon retard, en vain! Résultat j’ai une liste de jeux en retard longue comme mes deux bras et même si je me soigne j’ai parfois du mal à profiter pleinement du jeu dans lequel je me lance, ma tête étant souvent déjà tournée vers le prochain.

1) la presse vidéo ludique :

TFGA c'était mieux avant

Emblème des années 90 et début 2000 la presse vidéo ludique papier me manque énormément! Alors oui je sais que mes souvenirs embellissent la chose et que la qualité des plumes que l’on retrouvait dans ces magazine qu’étaient Joypad, Playstation Magazine et consort était loin d’être excellente mais c’était un superbe rendez vous! Alors que nous n’avions pas internet j’adorais recevoir ce magazine une fois par mois et commencer un rituel : lire le sommaire, les rubriques anecdotiques dans un premier temps, le poser et le reprendre le lendemain pour doucement mais surement se rapprocher des pages qui m’intéressaient le plus, souvent les previews et les test. Je me rappelle avoir relu le test du tout premier Tomb Raider des dizaine de fois dans le Joypad, scrutant le moindre millimètre carrés de chaque (petite) photos, devenant fébrile à l’idée de poser mes mains sur ce titre. La presse papier avait aussi l’incroyable avantage de ne pas nous saturer de news et de trailers qui dévoilent presque tout du jeu avant sa sortie.

Bref, et même si j’ai parfois l’impression d’être un peu un vieux con après avoir écrit ce top, oui c’était mieux avant :D

7 commentaires

  1. Je suis complètement d’accord avec ton article ! Surtout pour la partie où on consomme trop de jeux, à tel point que lorsqu’on joue à un jeu on pense déjà aux autres qui nous attendent et cela ruine un peu notre expérience !

    • Merci pour ton commentaire ;)
      Oui c’est sur que ça entache un peu l’expérience. Rien que la semaine dernière j’étais en train de jouer à Nier sur PS3 que j’avais déjà hâte de passer à l’extension de the witcher 3. Trop de jeu nous font envie, et le temps nous fait défaut… Faudrait que j’écrive un article là dessus d’ailleurs.

  2. Aaaah, quel plaisir de te relire mon cher PEB, moi qui adore ta plume ! Si je partage ton opinion sur chacun de tes points, je voudrais revenir sur 2 en particulier :)

    D’une part le online payant. Ca c’est un truc que j’ai toujours vu d’un mauvais oeil sur la génération précédente, et qui a notamment contribué à ma préférence sur Sony face à Microsoft … mais voilà t’-y-pas qu’avec la PS4 les services en ligne sont devenus payants. Grrr, ce que ça m’agace … et on ne pourra pas m’enlever de la tête que c’est parce qu’il y ont vu une source de revenus supplémentaire facile. On peut déjà notre abonnement internet, notre console, notre jeu, et on doit aussi se taper l’abonnement …

    Et concernant les magazines JV, que je ne m’attendais pas à retrouver ici, j’ai vibré en te lisant, me retrouvant tout à fait ^^ Malgré tout je retrouve en Jeux Video Magazine certaines de ces sensations. Ils ont réussi à moderniser leur formule il y a quelques années au augmentant assez peu le prix et au final, ça balaie bien le paysage JV du moment, le tout de manière très fraîche.

    A très bientôt en tout cas je l’espère, et encore bravo pour ce classement !

    • Effectivement le online payant est une plaie. Je sais que l’on peut avancer l’argument que l’entretien des serveurs et services ont un coût, et il est certain que Sony a fait beaucoup d’effort sur la qualité de son online par rapport à la ps3… mais tout de même. Du coup en ce moment je ne joue pas en ligne, les jeux PS+ ne m’attirent pas plus que ça, je n’ai donc pas renouvelé mon abonnement pour ce mois-ci mais du coup si je veux me faire une petite partie en ligne en passant, je dois passer mon tour… c’est bien dommage!

      Ca fait des années que je n’ai pas lu JV magazine qui déjà a l’époque ne me plaisait pas énormément par rapport à Joypad que j’affectionnait énormément :D J’ai tout de même retrouvé de très bon moments avec feu IG Magazine aussi <3

      En tout cas merci beaucoup pour tes compliments ça me motive à continuer. Un nouvel article arrive demain … ;)

  3. Je suis tellement d’accord avec ton article :) La presse video-ludique était riche et tellement agréable, maintenant avec la concurrence d’Internet c’est plutôt rude.
    Comme je disais sur un autre TFGA de ce mois, il n’y a presque plus d’intérêt à jouer à un jeu tellement on nous dévoile de choses… :(
    Et gros +1 pour la surconsommation, on ne sait presque plus apprécier et chérir les jeux qu’on a avant de les remplacer par d’autres …

    • Merci beaucoup pour ton commentaire.
      Internet était incroyable pour la presse vidéo ludique au départ, on avait des grandes images! Des vidéos! c’était dingue. Mais on est tombé dans le travers inverse et il faut se priver volontairement de certaines news et infos concernant des jeux qui nous interessent si on ne veut pas tout connaitre du jeu avant d’y jouer…
      Concernant la surconsommation j’essaie de me soigner mais c’est dur, surtout quand je n’ai pas acheté de jeu depuis le 1er septembre avec MGS V the phantom pain, j’ai des envies impulsives d’acheter 3 ou 4 jeux en même temps et de tous les faire!!! Pour le moment je me concentre sur l’extension de Bloodborne et Xenoblade Chronicles qui m’attends sagement sur son étagère depuis quelques mois ;)

Laisser un commentaire