[Test] The Last Story

[Test] The Last Story

The Last Story est l’un des derniers jeux sorti sur Wii, un RPG qui aux côtés de Pandora Tower et Xenoblade Chronicle a su montrer à tous que la Wii n’était pas qu’une console de casual gamers et qu’elle savait proposer des expériences vidéoludique de qualité. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’essayer à ce jeu et c’est grâce à Sifhel et au Swap Effect organisé par l’ami Alex que j’ai finalement pu jouer à ce titre non dénué de qualités.

Réalisé par Hironobu Sakaguchi, le papa d’une très grande partie de la série Final Fantasy, le titre était attendu au tournant pour deux raisons : tout d’abord tout travail de Mr Sakaguchi provoque l’impatience des fans surtout depuis qu’il a quitté Square en 2002. Deuxièmement le jeu était annoncé comme un retour aux sources et aurait pu sur de nombreux points être affilié à la série Final Fantasy.

Le jeu se déroule sur l’île de Lazulis qui est dirigée par le Comte Arganan. Le monde étant ravagé par les stigmates d’une guerre passée, cette île fait figure d’endroit paradisiaque affichant une prospérité disparue partout ailleurs. Mais face à une menace incarnée par des monstres puis par les Guraks, une espèce massacrée et poussée à l’exil par les humains, un groupe de mercenaire dont fait parti le héro Zael est engagé par le Comte. C’est avec ce début somme toute classique que commence cette aventure qui met en avant la motivation principale de Zael qui est de devenir Chevalier. Mais il se rend vite compte que les chevaliers qu’il admire sont finalement dénués de valeurs et de principes, interrogeant ainsi sa motivation personnelle et troublant son rapport avec le chef de sa bande de mercenaire qui se démène corps et âme pour leur faire atteindre ce but ultime.

The last story

L’île de Lazulis, un endroit plutôt enchanteur sur les artworks

Vous l’aurez compris, le synopsis est extrêmement classique et il le restera tout au long du jeu ce qui est finalement une déception en ce qui me concerne. Comme dans les Final Fantasy, une première menace apparait qui sera éclipsée ensuite par un enjeu encore plus grand mettant en péril la survie de l’humanité ou de la planète. Rajoutez par dessus une romance quand même un peu niaise avec la princesse de service et vous obtenez le scénario d’un jeu qui aurait pu sortir dans les années 90. Alors bien sur il se peut que ce soit juste le fait que j’ai vieilli et que cela fait finalement bien longtemps que je ne pratique plus les RPG Japonais (hormis Persona 4), ce qui expliquerai mon manque de réceptivité et d’implication dans cette histoire.

Cependant il faut bien reconnaître une IMMENSE qualité au jeu (qui fut pourtant parfois considéré comme un défaut à sa sortie) : le jeu est court mais extrêmement bien rythmé! En effet si je n’ai mis qu’une petite vingtaine d’heure pour terminer mon premier run (un mode New Game+ est disponible) en faisant quelques quêtes annexes même si elles sont très peu nombreuses, je ne me suis ennuyé à aucun moment tant la narration est rythmée. Il y a constamment un évènement accrocheur qui survient et l’on a toujours envie de voir le chapitre suivant. C’est ainsi que je n’ai mis qu’une semaine pour terminer le jeu car j’avais beaucoup de mal à poser la manette, à tel point que ce sont souvent les piles vides de la wiimote qui m’ont stoppé! De plus ce dynamisme dans la narration est renforcé par ce qui à mes yeux constitue la plus grande qualité du titre : son système de combat.

The last story

La grande force du jeu, son incroyable système de combat!

En effet j’ai rarement vu un tel dynamisme dans les combats dans un RPG (je précise que je n’ai pas encore eu le temps de m’essayer à Xenoblade, je manque donc d’un point de comparaison) et il s’agit certainement de l’un des meilleurs que la Wii ai connu. Demandant au joueur de faire preuve de réflexion bien plus que de foncer dans le tas, les combats durent rarement plus d’une minute. Si on ne peut pas réellement donner d’ordre à ses coéquipiers, ils sont cependant suffisamment malin pour ne jamais être une gêne et sont d’une efficacité finalement assez redoutable. Les combats de boss sont aussi particulièrement bien pensé, forçant le joueur à trouver le point faible et la bonne technique à mettre en place pour vaincre.

Techniquement le jeu est assez surprenant. On est sur Wii donc forcément on peut oublier la claque graphique. Si les textures bavent forcément un peu tout comme la modélisation des personnages, les effets en combats sont quand à eux très réussis et la direction artistique du titre vous plonge vraiment dans cet univers. Cependant on sent que la console est à la traine à de nombreuses reprise tant les ralentissements sont nombreux (surtout dans le palais de Lazulis avec un effet de reflet sur le sol qui met la console littéralement à genoux).

The last story

A moins d’y jouer sur un émulateur, voilà à quoi ressemble le jeu.. un peu baveux n’est-ce pas?

The Last Story est l’un des derniers jeux sorti sur Wii, un RPG qui aux côtés de Pandora Tower et Xenoblade Chronicle a su montrer à tous que la Wii n’était pas qu’une console de casual gamers et qu’elle savait proposer des expériences vidéoludique de qualité. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’essayer à ce jeu et c’est grâce à Sifhel et au Swap Effect organisé par l’ami Alex que j’ai finalement pu jouer à ce titre non dénué de qualités. Réalisé par Hironobu Sakaguchi, le papa d’une très grande partie de la série Final Fantasy, le titre était attendu…

Vue d'ensemble des tests

Scénario
Gameplay
Direction artistique
Bande son
Graphisme/technique

Pas mal

Résumé : Je suis assez partagé finalement sur ce titre que je rêvais de faire depuis longtemps. Si la direction artistique est très réussie avec notamment une OST de qualité avec des thèmes incroyablement bien écrits, le reste du jeu parait quelque peu anachronique. En effet il patit d’une technique datée mais aussi et surtout d’une écriture du scénario et des personnage que l’on n’avait plus observé depuis les années 90. Fort heureusement le dynamisme de l’aventure et de son système de combat rattrapent le tout. Maladroit dans sa construction et dans ses défauts il n’en demeure pas moins attachant.

65

6 commentaires

  1. Le seul jeu qui pourrai me faire acheter une Wii
    Et il faut être honnête; juste pour le retour du duo Sakaguchi / Uematsu qui sont au jeux vidéo ce que Burton et Elfman sont aux cinéma; best duo ever.

    Sinon très bon test Peb ça donne envie ;)

    • Désolé pour la réponse tardive Yohgaz! Effectivement il fait partie des 3 jeux qui m’ont donné envie d’avoir une wii (même si je n’ai jamais franchi le pas) avec Pandora Tower et Xenoblade (il va d’ailleurs falloir que je commence ce dernier un jour :D).
      Le duo Sakaguchi/Uematsu fait des merveilles mais il est dommage de les sentir tellement à l’étroit avec ce support.
      Merci beaucoup pour ton commentaire ;)

  2. Même si je ne suis pas très RPG, celui-ci (avec Xenoblade) m’a toujours fait de l’oeil. Mais il cote encore pas mal en occasion du coup ça attendra encore un peu. Enfin du coup, ça veut d’autant plus dire qu’on t’a fait un bien chouette cadeau. :D

    Tout aussi chouette que l’article cela dit. :)

    • C’est vrai qu’il côte pas mal et je remercie infiniment Sifhel de me l’avoir offert, je n’aurai sans doute pas franchi le pas sinon et je serai surement passé à côté :/ J’ai plus qu’à racheter des piles pour la wiimote et attaquer Xenoblade ^^

  3. Je lis ton avis avec du retard !!! Perso ça reste un de mes jeux favoris sur la Wii. C’est vrai qu’il n’y a pas de grande originalité scenaristique mais quand on voit la tournure de FF dans leur recherche de renouveau je me dis que c’est peut être pas plus mal. J’aurai aimé que ce jeu sorte plus tôt par chez nous.

    Merci pour ton retour :)

    • Mille Mercis à toi pour ce cadeau. C’est grâce à toi que j’ai enfin pu jouer à ce très bon jeu il faut le reconnaitre. Comme je l’ai dit dans un commentaire un peu plus bas j’aurai sans doute préféré que le jeu sorte sur un support un peu plus puissant que la Wii ce qui aurait permis de moins contraindre le duo Sakaguchi/ Uematsu mais les qualités du jeu sont indéniables. Le système de combat est un vrai régal et le rythme faisait que j’enchainais les chapitres les uns après les autres en me disant « allez, encore un et j’arrête! » :D

Laisser un commentaire