[Test] Bloodborne, enfin une exclue PS4 à la hauteur?

[Test] Bloodborne, enfin une exclue PS4 à la hauteur?

Nouveau jeux du studio japonais From Software, et dirigé cette fois-ci par Hidetaka Miyazaki (comme Demon’s Soul et Dark Souls 1), Bloodborne était attendu comme le messie par bon nombre de joueurs : ceux en quête d’une exclusivité console enfin digne de ce nom, ceux désirant que l’année 2015 soit enfin l’année où cette newgen se montre à la hauteur, et par ceux qui comme moi sont tout simplement accro à cette série de jeux, à la difficulté importante et au plaisir de souffrir! Bloodborne est-il à la hauteur de toute ces attentes?

Bienvenu à Yharnam, ville à mi-chemin entre le Londres Victorien et un délire gothico horrifique à la Edgar Allan Poe. La population semble être atteinte d’une étrange maladie, tout comme vous qui débarquez ici en quête d’un traitement du sang. Le scénario, comme souvent dans les jeux de From Software, est ici encore une fois assez cryptique et sera sujet à de nombreuses interprétations et débats durant les prochains mois. Toujours est-il que vous endossez le rôle de chasseur durant une nuit afin d’occire toutes les créatures maléfiques rodant dans cette ville tout comme ses habitants rongés par la folie.

bloodborne

Voilà le type de monstre que vous devrez occire au début du jeu! La fillette à côté est devenue folle et s’est suicidé… Charmant n’est-ce pas?

En terme d’ambiance et de direction artistique, les équipes de Miyazaki ont réalisé un travail tout simplement hallucinant, et on sent bien que le monsieur à été complètement absent du développement de Dark Souls 2 pour se concentrer pleinement sur Bloodborne tant ce dernier est réussi. L’architecture tortueuse de Yharnam n’aura de cesse de perdre le joueur qui ne dispose d’aucune carte, devant mémoriser toute la ville pour espérer s’y retrouver. Autant vous dire que dans certaines zones cela s’avère particulièrement ardu tant tout est fait pour déstabiliser le joueur. Entre des zones basée sur la verticalité, d’autres très grandes mais dans lesquelles l’obscurité vous empêchera de vous repérer comme il se doit, le titre est parsemé de raccourcis à débloquer donnant à Yharnam une cohérence incroyable et un âme véritable, un peu comme dans l’univers de Dark Souls 1.

bloodborne

L’obscurité est de mise dans cet opus et pour une fois les torches seront quasi indispensable pour bien se repérer.

La ville est ici un véritable protagoniste de l’aventure, et découvrir son histoire au fur et à mesure de la lecture des descriptions d’objets et des quelques dialogues avec les PNJ épargnés par la maladie est un véritable régal. Je tiens ici à souligner l’une des nouveautés propre à Bloodborne en terme d’ambiance et d’évolution de la trame scénaristique au fur et à mesure de l’aventure : lorsque vous tuerez certains boss importants dans l’histoire, la nuit avancera dans le jeu, changeant ainsi l’emplacement de certains monstres, leurs comportement, tout comme celui des PNJ qui, la nuit passant, s’enfonceront davantage dans la folie. Cela a pour conséquence de rendre le tout un peu plus vivant et de renforcer le côté malsain de cette ville qui ne fait que s’accroitre à mesure que passent les heures de jeu. Une très bonne idée assurément.

bloodborne

Le jeu vous transportera dans de nombreuses zones, certaines étant réellement surprenantes.

Le bestiaire quant à lui est extrêmement réussi, et évolue aussi au fur et à mesure. Si vous affronterez au début du jeu de simples villageois et quelques loups garous, vous découvrirez bien vite que les petits gars de chez From Software doivent avoir de sérieux problèmes dans leurs têtes! Entre des araignées à tête humaine, des tiques géantes, des amas de cadavres vivant, le tout est plus que varié et est parvenu à plusieurs reprises à me mettre vraiment mal à l’aise, reculant face à des monstres non pas à cause de la difficulté mais simplement du fait de leur apparence repoussante. Qui dit bestiaire dit boss, et ils sont ici extrêmement réussis et on est loin des boss parfois insipides de Dark Souls 2 qui étaient aussi vite oubliés qu’affrontés. Certains sont vraiment gigantesques, font appel à certaines mécaniques pour les défaire et ils demanderont de connaitre leurs patterns d’attaque sur le bout des doigts pour s’en sortir. Qui plus est j’ai apprécié autant que pesté face à une nouveauté qui concerne tous les boss : ces derniers disposent de deux ou trois phases en fonction du nombre de point de vie restant. Plus ils subissent de dégâts plus ils seront énervés, disposant ainsi de nouvelles attaques et devenant bien plus agressifs! Dans tous les cas ils mettront vos réflexes à rude épreuve et vous demanderont d’avoir parfaitement pris en main le gameplay.

Bloodborne

Le rêve du chasseur est le hub central du jeu, et seul lieu paisible ou vous ne risquerez pas de vous faire attaquer.

Le gameplay de la série des Souls est assez particulier et pourra dérouter plus d’un nouveau venu. Pour celles et ceux qui ne sauraient pas du tout de quoi il retourne je vous invite à lire le petit encart ci-dessous.

Petite piqure de rappel pour celles et ceux qui ne connaitraient pas du tout cette série de jeux de From Software. Ces jeux, dont Bloodborne est le digne héritier, sont des Action RPG mettant les réflexes du joueurs à rude épreuve. Vos actions sont limitée par une barre d’endurance qui se vide à chaque action (coup, esquive, roulade, sprint, parade, etc…) et lorsque cette dernière est terminée vous êtes alors à la merci de vos adversaires le temps qu’elle remonte. A chaque fois que vous tuez un adversaire vous remportez un certain nombre d’âmes ou d’échos de sang dans Bloodborne. Ces échos sont la monnaie du jeu et servent à absolument tout : augmenter vos statistiques et donc passer au niveau supérieur, acheter des objets, de l’équipement, améliorer les armes etc. A chaque fois que vous mourrez, vous perdez les échos de sang que vous possédez et réapparaissez au précédent checkpoint. De là vous devrez refaire le trajet jusqu’au lieu de votre mort pour espérer récupérer votre précieuse expérience. Sauf que les monstres précédemment tués sont de nouveaux là, car il réapparaissent à chaque mort. Et si vous mourrez avant d’avoir pu récupérer l’expérience précédemment perdue elle sera définitivement perdue. Tout cela contribue à créer un sentiment permanent de tension et foncer dans le tas sera TOUJOURS une MAUVAISE option! La prudence est reine dans ces jeux. Mais chaque mort vous rapprochera de votre but, car vous devenez meilleur et apprenez surtout l’emplacement des ennemis et leurs attaques, ce qui est la clef de la réussite.
 

Pour ceux qui comme moi ont l’habitude de la série, si les fondamentaux n’ont pas trop changé, nous permettant ainsi de reprendre nos marques assez rapidement, le rythme du jeu a été profondément modifié. En effet les boucliers étant désormais inexistants, le jeu se veut beaucoup plus nerveux et axé vers l’offensive! Le personnage est bien plus rapide qu’auparavant et dispose d’esquives ressemblant plus à des dash qu’à des roulades, lui permettant en un clin d’oeil de se retrouver dans le dos de ses adversaires. Le pistolet quant à lui permet uniquement de contrer les ennemis pour leur infliger ensuite un coup critique souvent salutaire et dévastateur! Mais si vous êtes plus rapide, les ennemis le sont aussi et l’ensemble du jeu vous demandera des réflexes plus acérés que dans les précédents Souls qui étaient davantage tournés vers une approche défensive. Pour ceux qui avaient peur que le jeu ne soit déséquilibré et rendu plus facile, je peux vous assurer qu’après l’avoir terminé il n’en est rien! Alors forcément j’ai bien conscience que mon expérience est très différente de celle de quelqu’un découvrant ce genre de jeu pour la première fois et qui va rester bloqué trois jours sur un passage un peu compliqué, juste le temps d’assimiler le système de jeu, son rythme et ses subtilités. Mais globalement le jeu est très bien équilibré et n’est ni plus dur ni plus facile qu’auparavant. J’ai d’ailleurs du mal désormais à faire les donjons calices – qui sont optionnels – alors que je suis niveau 90 avec un bon équipement, et je suis mis à rude épreuve. Mais le titre reste toujours juste avec le joueur, comme ses aînés, et si la mort vous tombera souvent dessus, dans 90% des cas ce sera entièrement de votre faute. Car oui, Bloodborne n’est pas le monstre de difficulté annoncé, mais il est très exigeant avec le joueur et je reste convaincu que tout un chacun peut largement le terminer!

Bloodborne

Battre les boss et avancer dans le jeu est réellement à la porté de tous.

Techniquement le jeu est correct mais rien de vraiment fou là dedans, et si il s’agit indéniablement de la meilleure exclue Sony jusqu’à présent, le jeu est un peu à la traine sur certains points : textures végétales aliasées et à la limite du scandaleux, framerate qui peine dans certaines zones à tenir le 30 FPS (je suis même tombé à 10-15 fps dans un donjon calice en coop, dans une grande pièce remplie de monstres – je me demande ce qui se passe si on est 4 ou 5 joueur dans ces moments là!) et caméra foireuse dans les endroits clos dès lors que l’on essai de locker un adversaire…. Oui ce sont les tares habituelles de ces jeux là mais je commence à en avoir un peu assez. Il s’agit de leur 4ème titre de ce genre, et tous ont les mêmes défauts, sachant qu’ils ne poussent pas non plus les consoles dans leurs retranchements! Il va falloir sérieusement songer à embaucher des mecs pour bosser l’optimisation de vos jeux messieurs de From Software. Mais à part ces maigres écueils, qui ne gâchent la progression que rarement dans le jeux, le reste est admirable!

Bloodborne

Bloodborne est un RPG, les stats sont donc légion et il faudra faire attention à quoi équiper dans quelles conditions. Mais il reste plus accessible que ses ainés sur ce point.

La progression est d’ailleurs très bien faite et si j’ai lu ça et là que le jeu est linéaire, je peux vous assurer qu’il n’en est rien! Il est en effet possible d’aborder les zones presque dans l’ordre que l’on souhaite, même si cela est déconseillé pour un premier run dans le monde de Bloodborne. De plus le nombre de zones annexes et cachées (et donc de boss et d’équipement) est assez important! J’ai failli me faire avoir d’ailleurs car si je n’avais pas refait un tour du jeu pour tout réexplorer au cas où avant d’affronter le boss final, je serai passé à côté de trois ou quatre zones et 3 boss! Le jeu est donc extrêmement généreux en secret et il est impossible de tout découvrir en une seule fois à moins de se gâcher le plaisir avec une solution détaillée. L’exploration et la déduction du joueur tout comme la prise de risque dans certains sauts sont toujours récompensé!

Bloodborne

Il est pas beau mon perso?

Nouveau jeux du studio japonais From Software, et dirigé cette fois-ci par Hidetaka Miyazaki (comme Demon’s Soul et Dark Souls 1), Bloodborne était attendu comme le messie par bon nombre de joueurs : ceux en quête d’une exclusivité console enfin digne de ce nom, ceux désirant que l’année 2015 soit enfin l’année où cette newgen se montre à la hauteur, et par ceux qui comme moi sont tout simplement accro à cette série de jeux, à la difficulté importante et au plaisir de souffrir! Bloodborne est-il à la hauteur de toute ces attentes? Bienvenu à Yharnam, ville à mi-chemin entre…

Vue d'ensemble des tests

Graphismes
Direction artistique
Musique / OST
durée de vie
Gameplay

Indispensable!!!!!!

Résumé : J’ai passé 40 superbes heures sur Bloodborne. Découvrir la ville de Yharnam et renouer avec cette sensation et cet esprit de la série des Souls est toujours un véritable bonheur et une partie de moi aurait voulu, comme d’habitude, que cela ne s'arrête jamais. Une ambiance incroyable mais bien plus glauque qu’un Dark Souls et ainsi plus proche de Demon’s Soul, une direction artistique et un gameplay aux petits oignons, oui, Bloodborne est bel et bien la bombe tant attendu et marque officiellement le début d’une très bonne année 2015 dans le monde vidéo ludique!

User Rating: Be the first one !
92

8 commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi, je kiffe mais bordel je galère d’une force mais le jeux est juste si tu perd c’est a cause de toi rarement du jeux

  2. 40h ça me parait peu tout de même.
    M’enfin sinon, tu ne fais que confirmer ce que je pensais déjà, ou plutôt ce que j’aimerais pouvoir penser. Ce jeu a l’air fabuleux. Un digne successeur au premier Dark Souls avec une patte artistique différente mais tout aussi réussie.
    Ma frustration est toujours énorme de ne pas pouvoir y jouer et ton article n’aide pas :D

    • Le level design est clairement au niveau du 1er Dark Souls, et il n’y a qu’à voir les premiers speedrun, que ça soit du any % ou du All boss pour voir que les routes possibles sont vraiment nombreuses et différentes! Un régal. Apres effectivement 40h pour un premier run ça fait peu mais j’avais la connaissance des autres jeux et du coup il y a pas mal de boss que j’ai eu en first try. D’un manière générale le jeu est plus court qu’un Dark Souls de toute façon, et est plsu proche en cela d’un Demon’s Soul. J’espère que tu aura un jour l’occasion de mettre la main dessus :D

  3. Ton article confirme l’impression que j’ai eue en vous voyant jouer à Bloodborne toi et Birdkiller : ça a l’air génial mais, définitivement, ce n’est pas pour moi. En aucun cas je n’aurais la patience de venir à bout d’un jeu qui semble aussi ardu ! :D

    • Ahahaha c’est clair c’est le jeu qui peut te mettre vraiment à l’épreuve et jouer avec tes nerfs si tu n’es pas complètement zen avant d’y jouer! Mais je ne peux que te recommander d’essayer de jouer à l’un de ces jeux From Software, surtout que maintenant tu as la Xbox One, tu peux tester Dark Souls 2 scholar of the firs sin si tu le trouves à moindre prix un de ces jours ;)

  4. Article comme toujours excellemment rédigé et illustré, bravo :)

    J’ajouterai que, quand comme moi on débarque dans la série de jeux par celui-ci, je trouve la partie statistiques/upgrade des armes plus que confuse. J’augmente un peu à l’arrache mon arme principale, inchangée depuis le début, sans trop comprendre toutes les ficelles s’offrant à moi …

    Egalement, je trouve que définitivement le scénario n’est pas (malheureusement, pour moi) ce qu’on retient de ce jeu. Je ne sais pas trop où j’en suis dans le jeu (+/- 7 boss battus il me semble) mais finalement on sait pas grand chose de plus qu’au début, tout est vraiment confus/brouillon.

    J’espère que la fin du jeu saura me donner tord à ce niveau :)

    • Désolé pour ma réponse tardive et merci pour ton commentaire ;) J’espère que tu as réussis à terminer Bloodborne depuis, et effectivement le scénario n’est pas le point fort du jeu, beaucoup trop cryptique même pour moi. Certains éléments me paraissent évident, mais d’autres sont vraiment tiré par les chaveux et je ne comprends pas comment certains joueurs arrivent à élaborer certaines théories. Je préféère de loin l’univers et le scénario de Dark Souls 1 pour le coup. Mais effectivement pour un nouveau venu comme toi toute la partie statistique et système de jeu peut être obscure et en même temps contribue aussi au charme du jeu : tout découvrir par soi même fait partie des grands plaisirs des titres From Software ;)

Laisser un commentaire