[Test] Assassin’s Creed Unity : Que vaut-il 2 mois après sa sortie?

[Test] Assassin’s Creed Unity : Que vaut-il 2 mois après sa sortie?

Un peu plus de deux mois après sa sortie, je me décide enfin à écrire le test de Assassin’s Creed Unity, le dernier jeu de la licence phare d’Ubisoft. Après avoir fait couler beaucoup d’encre pour de nombreuses raisons et déchainé la haine de certains joueurs et journalistes, que faut-il retenir de ce titre?

Je vais être honnête d’entrée de jeu, écrire ce test me pose un réel problème. En effet je ne sais pas si je dois vous parler de mon ressenti sur le jeu tel qu’il était lorsque je l’ai eu et terminé au bout de 40h, ou bien de mon ressenti actuel, sur le jeu patché et en ayant obtenu le platine et les 100% après une bonne centaine d’heure de jeu… Je vais essayer de trouver un bon compromis. Il est de plus difficile de mettre de côté tout les débats autour de la politique d’Ubisoft, et si je dérape, veuillez m’en excuser ;)

Une reconstitution Historique à couper le souffle!

Je suis un «fan» de la licence (bien que le terme de fan ne m’enchante guère), ayant joué à tous les jeux, et les ayant tous terminé à 100%, j’attendais donc Assassin’s Creed Unity avec impatience, essentiellement pour deux raisons. La première c’est qu’Ubisoft nous annonçait enfin un opus dédié exclusivement à nos nouvelles consoles, et c’était donc la promesse d’un titre époustouflant sur le plan technique. La seconde tenait au contexte historique du jeu, la Révolution Française. J’attendais que cette période soit traitée depuis le 1er jeu de la licence, et mes attentes étaient grandes, tout comme mes craintes, car j’ai un Master en histoire, spécialisé dans cette période. J’attendais donc Ubisoft au tournant.

J’ai pris des claques en lançant le jeu! Oui, des claques! Des bonnes et des mauvaises. Les bonnes touchent à tout ce qui est historique globalement. La reconstitution de Versailles et du Paris de la fin du XVIIIème siècle est tout simplement à tomber à la renverse. Tout y est d’une précision incroyable, les monuments les plus importants sont pour la première fois reproduits à l’échelle 1:1 et on se sent tout petit dans notre belle capitale, lorsque l’on contemple la foule du haut de Notre Dame ou de la coupole des Invalides.

Assassin's Creed UnityAssassin's Creed Unity

Evidemment les premières critiques ont très vite fusées!

«Quoi? Le drapeau français en 1789? Et on entend la Marseillaise! Anachronisme, hérésie, qu’on envoi les équipes d’Ubisoft au bucher tel un Jacques de Molay des temps modernes!».

Oui, il y a des anachronismes, et non, ce n’est pas grave. Venant d’un puriste de l’Histoire tel que moi cela peut sembler bizarre, mais cela ne m’a pas dérangé, pour une raison bien précise : nous sommes face à un jeux vidéo, pas un documentaire. C’est un produit qui doit se vendre partout, être accessible au plus grand nombre (ce qui permet aussi d’apporter un peu d’histoire et de culture à des gens connaissant mal cette période par exemple, la saga étant à ce titre un formidable outil de démocratisation de l’Histoire), et qui doit donc tenir compte de contrainte structurelle inhérente au jeux vidéo (oui la Bastille reste debout tout au long du jeu car remodeler la carte de Paris aurait rendu la libre exploration entre les séquences du scénario particulièrement compliqué) et utiliser des symboles fort pour que le joueur puisse très rapidement rentrer et «sentir» cette période de l’Histoire. Et avec toutes les fiches historique que l’on peut lire dans le jeu sur les personnages historiques, les bâtiments et les évènements, on a de quoi faire pour approfondir le contexte. Parce que au delà des légères approximations, assumées, en terme de fidélité historique, Ubisoft nous offre une ambiance, une reconstitution qui n’avait jamais été faite auparavant, et je dois vous avouer que se balader tranquillement dans ces ruelles, en observant les mouvements des passants, leurs activités, les reflets du soleil sur les pavés, m’a procuré un plaisir fou! J’étais littéralement plongé au coeur de cette période.

Assassin's Creed Unity

Vous avez assassiné vos scénaristes Ubi?

Comme je le disais, Assassin’s Creed Unity s’adresse à un public extrêmement large, et forcément il y a le revers de la médaille. Le contexte historique n’est en effet finalement une trame de fond qui n’a que très peu d’importance sur l’aventure principale du jeu et la quête d’Arno Dorian l’assassin que l’on incarne ici. Pour être franc, cette aventure aurai pu se dérouler à n’importe quelle période, même en Egypte Antique que les enjeux n’auraient pas été particulièrement différents. C’est symptomatique du tournant que prend la série je trouve. On vend une période historique qui parle à beaucoup de personnes, avec des symboles forts, mais pour ne pas saouler ceux que l’Histoire n’intéressent pas plus que ça et qui souhaitent juste courir partout, tout escalader et assassiner des PNJ à tour de bras, on laisse ça un peu de côté et les personnages ne sont pas impliqués réellement dans les évènements qui ont eu lieu. Or, c’est exactement ce que j’aimais dans la série auparavant, de Assassin’s Creed 1 à Brotherhood, le jeu respectait le déroulement des évènements historiques, auxquels prenaient part les protagonistes de l’aventure, les scénaristes travaillant sur certaines zones d’ombres pour raconter l’histoire de la saga et les aventures des Assassins.

Assassin's Creed Unity

Je pense qu’il n’y aura pas de mise à jour de cet excellent ouvrage de chez Pix’n Love, qui se concentrait sur les liens entre Histoire et les jeux et la Meta histoire… Merci les scénaristes d’Ubisoft.

Tout cela est désormais perdu, et si on pourrait légitimement se dire que cela laisse bien plus de liberté aux scénaristes pour raconter de belles et de bonnes histoires, il n’en est rien! Il va vraiment falloir que Ubisoft se paye de vrais scénaristes, parce que les déceptions sur ce point là sont récurrentes, touchent quasiment toutes leurs productions (exception faite de FarCry 3 semble-t-il), et finissent par devenir inadmissibles. A croire que le seul intérêt de leurs productions est désormais de se balader dans un Open World pour faire de la collecte de coffres/plumes/cocardes/etc… à foison.

Assassin's Creed Unity

Ca en fait des activités annexes et des coffres à collecter!

Du coup le déséquilibre se fait cruellement sentir lorsque l’on essai de finir Assassin’s Creed Unity à 100% : que le contenu annexe puisse être plus important que le contenu principal, soit, je n’ai rien contre et c’est même normal dans bon nombre de jeu. Non, ce qui me dérange vraiment ici c’est que pour terminer l’histoire principale il faut environ 10h-12h de jeu en ligne droite, et que pour finir le jeu à 100% vous en aurez pour 80h-100H… Vous voyez le déséquilibre? Sérieusement Ubi, vous n’auriez pas pu mieux rééquilibrer vos efforts pour nous proposer 5H supplémentaires de la trame solo, en étoffant la narration, l’écriture des personnages etc… et diminuer le contenu annexe? Je ne pense pas que les joueurs pleurent la disparitions de quelques dizaines de coffres ou cocardes sur les centaines que le jeu demande de collecter si cela peut permettre de gagner en qualité d’écriture! Cependant je dois bien reconnaitre une chose, la mise en scène des cutscenes des missions solo est tout de même bien plus dynamique et réussie que dans les opus précédents, et j’ai particulièrement apprécié certains plans.

Assassine ma rétine

Concernant l’aspect technique brut, je parle de celui qui avait été pensé par les équipes d’Ubisoft à la base et celui auquel j’ai eu droit après les innombrables patchs, je dois dire que j’ai été séduit. Les éclairages sont sublimes et constituent le gros point fort du jeu, avec un rendu qui frôle le photoréalisme notamment avec la lumière du matin/midi. En fin de journée, le coucher de soleil et ses lumières orangées qui filtrent à travers les fenêtres et les branches des arbres, mettant en valeur les particules et poussières flottant dans l’air, sont vraiment à couper le souffle.

Assassin's Creed UnityAssassin's Creed Unity

La foule, dense, très dense même par moment, m’a véritablement impressionné elle aussi, et il faut l’avouer, ce Assassin’s Creed Unity est véritablement un jeu Next Gen, il n’y a aucun doute à avoir là dessus, même si l’on peut s’interroger sur le fait que certaines mécaniques de gameplay présentes dans les anciens opus aient ici disparues (je pense tout particulièrement au fait de siffler pour attirer des gardes par ex). La furtivité est un vrai plus, et l’on peut enfin être réellement discret même si il faudra parfois s’accommoder d’un level design et d’une IA plus qu’aléatoire, rendant parfois compliqué le fait de jouer un Assassin silencieux. Ce qui fâche réellement en revanche, c’est que le jeu aurait mérité un bon gros mois de report!

Apparté sur la « non-finition » du titre à sa sortie : 

Je fais partie de ceux qui, naïfs et inconscients, ont acheté le jeu le jour de sa sortie au prix fort. J’étais donc légitimement en droit d’attendre du titre qu’il m’offre une expérience quasiment irréprochable sur le plan technique. Or j’ai eu l’impression d’avoir affaire à une bêta. Si le jeu m’a impressionné immédiatement sur le plan graphique et la gestion des lumières, il m’a déçu 10 minutes plus tard lorsque je me suis retrouvé coincé en l’air, lorsque ma console a freezé, ou lors des drastiques chutes de framerate dès que je rencontrais une foule de plus de 5 PNJ (soit toutes les 2 minutes quasiment!). Certes, Ubisoft s’est fait pardonné en offrant le DLC Dead Kings (sur lequel je reviendrai très bientôt) et en patchant les divers défauts. Pour avoir la véritable expérience du jeu Assassin’s Creed Unity, telle qu’elle nous avait été vendue et telle qu’elle avait été pensée par les développeurs il aura fallu attendre un peu plus d’un mois, et quasiment 14go de patchs successifs…. Cela me laisse dubitatif, sur le jeu bien sur, car vu le taulé que cela a provoqué sur les internets, la chute boursière des actions du studio etc… Il aurait vraiment mieux valu reporter le titre de 15 jours / 1 mois, car comme l’a dit Monsieur Shigeru Miyamoto «Un jeu retardé sera peut-être bon un jour, un mauvais jeu sorti sera toujours mauvais. »
Alors soyons clair, le jeu n’est pas mauvais, mais j’ai vraiment eu l’impression de payer les pots cassés, et que les «fans» comme moi de la licence ont finalement eu l’expérience de jeu la plus désastreuse. La conséquence en est assez simple : je ne précommanderai plus un seul jeu Ubisoft jusqu’à ce qu’ils améliorent leurs finitions, et j’attendrai les premiers retours avant de passer à l’achat. Le problème est qu’au final énormément de personnes auront retenu ces écueils techniques, alors que malgré tout les défauts sur lesquels j’ai appuyé, le jeu mérite tout de même le détour.

Un peu plus de deux mois après sa sortie, je me décide enfin à écrire le test de Assassin’s Creed Unity, le dernier jeu de la licence phare d’Ubisoft. Après avoir fait couler beaucoup d’encre pour de nombreuses raisons et déchainé la haine de certains joueurs et journalistes, que faut-il retenir de ce titre? Je vais être honnête d’entrée de jeu, écrire ce test me pose un réel problème. En effet je ne sais pas si je dois vous parler de mon ressenti sur le jeu tel qu’il était lorsque je l’ai eu et terminé au bout de 40h, ou…

Vue d'ensemble des tests

Graphismes
Durée de vie
Gameplay
Ost

Correct

Résumé : Malgré les défauts soulignés dans le test, Assassin’s Creed Unity est pour moi le meilleur volet de la saga depuis le 2eme opus et la trilogie Ezio Auditore da Firenze! On retrouve ce feeling d'exploration d'une grande ville, une confrérie d'Assassins (même si ici elle est plus décorative qu'autre chose), et tout simplement un réel plaisir à parcourir de toits en toits notre capitale. De plus Ubisoft réussi ici un pari, celui d'ouvrir sa licence phare au plus grand nombre en profitant du changement de génération de console pour abandonner la numérotation des opus mais aussi et surtout quasiment toute la méta histoire présente dans les jeux précédents, qui devenait bien encombrante pour le studio! Vous pouvez donc jouer à Assassin's Creed Unity et le savourer pleinement même si c'est votre premier contact avec la licence, vous ne serez absolument pas perdu!

User Rating: Be the first one !
74

18 commentaires

  1. Excellent article !

    Je découvre ton parcours professionnel également et suis d’autant plus étonné de ton objectivité en ce qui concerne notamment les anachronismes en tout genre que les détracteurs utilisent pour pointer du doigt le jeu. Je partage moi aussi ton point de vue sur la question, et ces personnes se trompent lourdement.

    « pour ne pas saouler ceux que l’Histoire n’intéressent pas plus que ça et qui souhaitent juste courir partout, tout escalader et assassiner des PNJ à tour de bras, on laisse ça un peu de côté et les personnages ne sont pas impliqués réellement dans les évènements qui ont eu lieu »

    Comme toi je suis navré de ce constat qui, force est de constater, est vrai. Et perso je m’en fous des quêtes annexes à la con sans aucun but ludique ou nécessitant un gameplay particulier. Comme tu le dis si bien, si l’intérêt du titre consiste en la récolte de X conneries en quêtes secondaires, je me passerai également la prochaine fois de l’acheter au prix fort .. quelle déception.

    Après pour tout de même conclure sur une note positive, en effet l’ambiance est réussie, tant dans la reconstitution physique de Paris que de l’ambiance des foules :)

    • Merci beaucoup pour tes critiques positives! Concernant les anachronismes, comme je le dit dans l’article, ça ne me dérange pas plus que ça et je les comprend car il s’agit d’un jeu vidéo, donc de divertissement avant tout, et ils sont minimes (quelques années d’écart, 5 ans tout au plus). Je suis par contre moins enclins à les pardonner dès qu’il s’agit d’un film ou autre par exemple ^^
      La récolte ne me dérangeait pas plus que ça dans les précédents opus, au contraire elle me permettait de profiter un peu plus du jeu et de la période historique proposée. Mais on terminait les précédents jeux à 100% en 30h maximum. Ici il en faut entre 80 et 100, alors que la durée de vie du scénario n’a quand à elle pas bougée d’un poil. On frôle vraiment l’indigestion, et j’espère que Ubisoft réequilibrera le tout sur le prochain Assassin Victory. Mais je me trompe sans doute, ça fait 4 ans que j’attend une véritable révolution de la série et pour le moment, ce ne sont que de timides évolutions :/

  2. C’est marrant quand tu parles des anachronismes (qui ne m’ont pas gêné non plus ceci dit), tu utilises le mot « produit » et c’est surement ce qui m’a le plus gêné en jouant à ce AC. C’est un produit, pas une oeuvre. Je le sens quand Ubi sort un épisode par an sans aucune volonté scénaristique ni même de finir le jeu. Je le sens aussi avec les micro-transactions.
    Du coup, si le sentiment d’être juste un porte monnaie ambulant était déjà présent dans les précédents épisodes, ici, ça m’a réellement gâché le plaisir. Rarement, je n’ai vu un éditeur aussi peu respecter ses acheteurs et je trouve ça réellement triste parce qu’à côté on a une ville fantastique et une modélisations des batiments hyper impressionnante.
    Alors avant même de dire « c’est un mauvais AC » ou « un mauvais jeu » ou encore « un mauvais produit », mon sentiment principal est que c’est un énorme gâchis.

    Tu mentionnes tout ces défauts et il est bon de voir que tu sais évidemment rester objectif sur le titre et ce en connaissant ton amour pour l’époque. En lisant ton test, j’ai le sentiment que tu as réussi à passer outre ces problèmes pour avoir tout de même une bonne expérience de jeu et c’est tant mieux pour toi.
    Perso, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

    • Effectivement c’est un produit et non pas une oeuvre, mais au fond très peu de jeux vidéo sont vraiment des oeuvres, on est face à un produit culturel, et la rentabilité est la clef de cette industrie. Apres on sait bien que c’est parce que ils vendent des palettes de Assassin chaque années que Ubi nous offre aussi des expériences comme Child of Light, Soldats inconnus, rayman etc…
      Après je te rejoints entièrement sur le gâchis énorme que cela représente, et en fait c’est l’évolution de la série qui est un énorme gâchis car il y avait un tel potentiel à exploiter après Assassin II… De toute façon j’estime avoir été trop indulgent avec la série en général ces dernières années, et c’est aussi un peu la goutte d’eau. Je jouerai au prochain jeu c’est certain, mais j’attendrai qu’il soit en occasion à un prix très très raisonnable!

  3. j ai etait extrement decu par opus puis le present me manque serieusement en grand fan de la saga c est une premiere bref le prochain ca sera peut etre pas day one voir surement

    • Je comprend, le présent et la méta histoire me manquent aussi, mais c’est bel et bien terminé, dans une logique de rentabilité et une volonté d’ouvrir la saga au plus grand nombre! Par contre je te le dis, je n’acheterai pas le prochain en Day One (même si je suis persuadé qu’il n’y aura quasiment aucune bug, un peu comme avec AC4 Black Flag par rapport à AC3). J’attendrai vraiment les retours presse et joueurs concernant la stabilité du titre.

  4. Salut !

    Ton article arrive à point nommé car je n ai toujours pas réussi à me décider pour acheter ce jeu. J ai été très fan de l histoire d Ezio dans les assassins creed mais comme tu l as mentionné, le scénario est laissé de côté. Après le jeu est tout de même très attirant graphiquement et pour le thème qu il aborde !

    • La force de l’histoire d’Ezio était de se dérouler sur 3 jeux, et donc d’avoir une réelle évolution du personnage et un réel attachement à ce dernier. Les jeux suivants n’ont pas réussis à reproduire la chose en un seul jeu malheureusement. Je ne peux que te conseiller le jeu, qui doit être trouvable pour pas trop cher en occasion désormais, car avec tous les patch et MAJ l’expérience est bonne désormais. Par contre je ne sais pas si tu es une fana des quetes annexes et compagnie, mais le meilleur moyen d’apprécier le jeu et de ne pas s’en dégouter reste de s’en tenir à la quête principale et un peu d’exploration en ville ;) Merci pour ton commentaire en tout cas ;)

      • Pas tout à fait d’accord avec ça : en ce qui concerne le 3 et Connor, j’ai beaucoup aimé le suivre sur différentes étapes de sa vie, ce qui permettait de voir son évolution.

        Bon ok c’est pas le personnage le plus charismatique, mais je le retiendrai bien plus longtemps que ce … comment c’est déjà son nom … Arno :’)

  5. Eh bien, ça ne semble pas si mal que ça finalement. :)

  6. C’est quand même con de vendre un jeu sur l’aspect historique d’un événement pour en bâcler chaque ligne de scénario. Autant faire un jeu bac à sable dès le début, pas de scénario, juste une ville et une époque.
    Et pareil l’idée de la méta histoire était très intéressante au départ mais très vite bâclé. Et puis le changement de directeur de jeu a du être fatal pour la méta histoire. Pour l’histoire tout court, ca vend du rêve révolutionnaire mais en fait on est qu’un simple tueur à gages qui influence peut etre l’histoire mais ca fait bien longtemps qu’on en a rien à foutre. Pour être exact les scénaristes n’en ont rien à foutre. D’ailleurs je me demande s’il y a vraiment un scénariste compétent chez ubisoft. Et quand y’en a un de compétent (scénariste de far cry 3) il se fait incendier par celui du 4 qui a pondu un truc classique mais vraiment pas folichon.

    • C’est exactement ça et c’est le gros soucis que je rencontre avec les grosse productions Ubi, le manque de scénario et de scénaristes! Avec un tel budget, ils feraient mieux d’en réalouer une partie à l’écriture des histoires et des personnages. D’ailleurs je suis très curieux de voir le nouveau projet de Patrice Desilet, le papa de Assassin’s Creed ;)

  7. Article intéressant, qui me donne envie de me décoller la rétine aussi… Ceci dit ; je n’aime pas trop les gameplays (ça s’essouffle un peu je trouve) et ça reste encore cher pour un jeu trop bugué à la sortie. Je me l’achèterai à l’occasion d’une bonne promotion.

    Pour ce qui concerne les scnéarios… Ubisoft me déçoit énormément… Mais ce n’est pas nouveau malheureusement.

    • c’est claire que pour l’écriture des histoires et des personnages Ubisoft est à la ramasse depuis facilement 3 ans désormais…. Je trouve ça incroyable. Et pour Assassin, ne dépense pas plus de 30 euros ;)

  8. Super article, bien construit ;) J’pense j’vais moi aussi me décoller la rétine comme tu le dis si bien, mais j’vais pas mettre des milles et des cents pour ca.

    • Merci beaucoup ;)
      Il vaut vraiment le coup surtout maintenant avec tous les correctifs sortis qui améliorent grandement l’expérience de jeu. Il est trouvable pour vraiment pas cher en occasion en ce moment en plus.
      J’ai peur pour Syndicate qui apparement d’après les dernières reviews semble assez instable techniquement… Je vais pour la première passer mon tour et ne pas craquer pour l’achat le jour de la sortie.